Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
le blog-note de François Zocchetto

Vote du projet de loi de Finances pour 2012 : « Nous ne pouvons cautionner une parodie d’aussi mauvais goût : nous sommes en plein dans un exercice de science-fiction ! »

7 Décembre 2011 , Rédigé par Permanence François Zocchetto

Lors du vote du projet de loi de Finances pour 2012, François Zocchetto, sénateur de la Mayenne et président du groupe de l’Union Centriste et Républicaine a dénoncé le « détricotage » du budget réalisé par la nouvelle majorité sénatoriale.

 Pour le sénateur de la Mayenne, « Certes le budget que nous allons voter est exceptionnellement excédentaire ! 137 milliards d’euros alors que nous partions avec un déficit prévisionnel de 81,8 milliards c’est une prouesse. Mais à quel prix ? ! » Le chef de file des sénateurs centristes rappelle aussitôt dans quelles conditions ont été faites ses économies sur les politiques publiques : « Sur 32 missions, seules 10 ont été adoptées.»

 Conséquence de ce détricotage selon François Zocchetto : « Si nous devions voter ce texte, l’essentiel des fonctionnaires ne serait pas payé en 2012, nous ne paierions ni les juges puisque les crédits de la mission justice ont été rejetés, ni les policiers. Nous sommes en plein dans un exercice de science fiction qu’aucune agence de notation n’aurait pu imaginer ! Ce n’est pas un budget de rigueur ou de responsabilité que nous avons là, c’est un fantasme néolibéral de disparition de l’Etat. »

 François Zocchetto regrette que le Sénat devienne le lieu d’une mascarade généralisée et contraire à l’esprit qui préside au bon fonctionnement de nos institutions et de la République.

 Le Sénat ne doit pas être l’otage d’une campagne présidentielle. Or, la nouvelle majorité sénatoriale aura voté en faveur d’un texte vide de toute substance mais plein d’arrières pensées politiques. François Zocchetto a lancé un appel à la responsabilité de chacun : « Le Sénat se prive de sa participation au débat national pour s’embourber dans des querelles partisanes et électorales. De nos trois semaines de débats, il ne restera rien. Nous avons raté l’occasion de pouvoir apporter notre contribution à la conception des politiques publiques qui seront menées en 2012 au moment même ou la zone euro est en crise. »

 Pour toutes ces raisons, les sénateurs du groupe de l’Union Centriste et Républicaine ont décidé de ne pas cautionner une parodie d’aussi mauvais goût. Ils ne voteront donc pas en faveur d’un tel texte.

 

 

 

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article