Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
le blog-note de François Zocchetto

Revue de presse : Sénat : Jean Arthuis et François Zocchetto réélus

5 Octobre 2011 , Rédigé par Permanence François Zocchetto

Ouest-France - 26 septembre 2011

 

Jean Arthuis et François Zocchetto réélus

L'UMP Norbert Bouvet est battu au premier tour. La gauche quadrupleson score de 2001 mais ne parvient pas à décrocher un élu.

Les élections se suivent et se ressemblent en Mayenne. L'an passé, la gauche pavoisait au niveau national après sa victoire aux cantonales. Les électeurs mayennais envoyaient, eux, siéger deux conseillers de droite supplémentaires à l'assemblée départementale.

Rebelote hier : le Sénat bascule à gauche... sauf en Mayenne. Les deux sénateurs centristes sortants, Jean Arthuis et François Zocchetto sont réélus avec, respectivement, 58,58 % et 61,18 % des suffrages des grands électeurs.

L'histoire retiendra que Jean Arthuis a été mis en ballottage au premier tour pour la première fois depuis son élection en 1983. Et qu'au second tour, François Zocchetto le devance de 22 voix. Un sacré retour de flamme pour celui que tous les observateurs disaient menacé dans cette élection. François Zocchetto y voit « la reconnaissance du travail effectué tant au parlement qu'aux services des collectivités ».

Jean Arthuis, quant à lui, est sans doute victime de l'usure du temps. Il paie aussi, dit-il, le fait d'avoir fait voter, par le conseil général, la suspension de plusieurs aides aux communes, ainsi que la baisse de 10 % des subventions aux associations mayennaises. « Je n'ai aucun regret », confiait-il hier avant de partir à Paris.

La gauche progresse

La gauche, quant à elle, progresse mais ne marque pas. Le maire divers gauche de Mayenne, Michel Angot, franchit la barre des 40 %. Le porte-parole de la gauche unie au conseil général, Jean-Christophe Boyer (PS) tutoie celle des 30 %. « La gauche se renforce en Mayenne, rendez-vous aux prochaines échéances », lance Christophe Boyer. Michel Angot parle aussi « d'espoir » et se sent « fortifié dans [son] boulot de maire ».

Le grand battu dans cette élection est Norbert Bouvet. En 2001, malgré une forte concurrence à droite (cinq candidats), il s'était qualifié au second tour, battu sur le fil de 74 voix seulement. Devenu depuis président de l'association des maires, il pensait avoir sa chance. Las ! Hier matin, il n'est arrivé qu'en cinquième position au premier tour, reculant même de 61 voix par rapport au premier tour de 2001.

Rancoeurs

À l'heure du déjeuner, Jean Arthuis avait la dent dure à son égard, estimant que Norbert Bouvet n'avait pas été un concurrent loyal. « Il a fait passer des consignes pour qu'on ne vote que pour lui », fulminait-il. De fait, lors du dépouillement, nombre d'enveloppes ne contenaient qu'un bulletin de vote au nom de Norbert Bouvet. Le camp centriste craignait que Norbert Bouvet se maintienne au second tour. « Cela ouvrirait la guerre entre l'UMP et l'Alliance centriste », estimait le patron de l'UMP Yannick Favennec.

Finalement, Norbert Bouvet a préféré se retirer, appelant même ses supporters à voter en faveur de Jean Arthuis et François Zocchetto. « Je suis déçu, c'est sûr, mais je suis de droite, je ne vais quand même pas faire le jeu de la gauche. » Pas sûr que cela suffise à calmer les rancoeurs centristes.

Arnaud BÉLIER.

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article