Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
le blog-note de François Zocchetto

Revue de Presse : JDD - Moralisation : "Ne pas faire une loi de circonstance"

11 Avril 2013 , Rédigé par Permanence François Zocchetto

Moralisation : "Ne pas faire une loi de circonstance"

Jean-Louis-Borloo-et-Francois-Zocchetto.jpg

 

INTERVIEW - Tous les présidents des groupes parlementaires ont été reçus jeudi par Jean-Marc Ayrault. Joint par leJDD.fr, le chef de file de l'UDI au Sénat François Zocchetto - qui était à Matignon avec Jean-Louis Borloo - revient sur cet entretien avec le Premier ministre.

Dans quelle ambiance s'est déroulée cette rencontre avec Jean-Marc Ayrault?
Dans un climat consensuel. Ça a été l'occasion de lui redire nos propositions pour améliorer la législation en matière de transparence de la vie publique. Et comme un certain nombre de nos souhaits sont partagés par le Premier ministre, tout s'est plutôt bien passé. Au préalable, je me suis quand même permis de dire qu'il fallait retrouver un peu de sérénité et qu'il ne fallait pas que le gouvernement - quelle que soit la gravité des difficultés qu'il a actuellement à subir - fasse une loi de circonstance. Le sujet est compliqué.

«Rien ne sert de déclarer si les déclarations sont mensongères» Qu'avez-vous demandé au Premier ministre?
Il faut que la future Haute autorité - qui n'est d'ailleurs pas une création, mais correspond à l'actuelle commission de transparence de la vie publique - soit dotée de véritables pouvoirs de contrôle et d'investigation. L'affaire Cahuzac l'a montré : rien ne sert de déclarer si les déclarations sont mensongères. La publication des déclarations de patrimoine ne peut se substituer au contrôle. Il y a aussi un tas de règles à préciser. Quelle est la place à réserver aux biens du conjoint? Comment traite-t-on les différents schémas familiaux? A l'UDI, nous sommes attentifs au sort réservé à la famille du parlementaire. Il y a un minimum de protection en termes de vie privée à accorder en particulier aux enfants des parlementaires. Par exemple, faut-il publier les adresses des résidences principales? Je doute que cela soit judicieux.

Que pensez-vous de l'interdiction du cumul du mandat de député avec "certaines professions"?
Nous ne sommes pas favorables au principe de l'interdiction, mais plutôt à celui de la liberté, avec des restrictions concernant non pas des professions nommément désignés - avocat ou médecin - mais des types d'activités, comme celles de conseil. Pour ma part, je suis totalement défavorable à ce que des élus puissent devenir avocat sur le simple fait qu'ils exercent un mandat de parlementaire. Quant à la question de la lutte contre les paradis fiscaux, l'approche ne peut se faire que dans un cadre européen. Sans lutte contre l'exil fiscal et contre les paradis fiscaux, nous n'arriverons qu'à des demi-mesures.

Vous êtes finalement plutôt favorable aux mesures annoncées par François Hollande mercredi?
Il reprend un certain nombre de propositions qui avaient déjà été faites. La Haute autorité existe déjà. Il souhaite lui donner les moyens d'investigation, ce que nous demandions depuis un moment. Il était temps de le faire. Je trouve malheureux qu'il faille attendre un scandale au sein de la majorité socialiste pour que le chef de l'Etat réagisse.

Jean-Marc Ayrault était-il à l'écoute ou cela vous a paru être une simple formalité de sa part?
Ce n'était pas du tout une formalité. On voit bien que le Premier ministre est conscient des difficultés de la tâche. Nous attendons du gouvernement qu'il prenne la mesure de tout le problème et qu'il fasse un projet de loi de nature à résoudre l'ensemble des problèmes. Il n'est pas question de revoir la loi - dans six mois ou un an - à chaque fois qu'il y aura un nouveau scandale... J'espère qu'il n'y en aura plus jamais.

Anne-Charlotte Dusseaulx - leJDD.f

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article