Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
le blog-note de François Zocchetto

Interview : Vœux à la presse – lundi 11 janvier 2010

18 Janvier 2010 , Rédigé par Permanence François Zocchetto

Sans faire une rétrospective 2009 sur ses activités parlementaires et d’élu local, François Zocchetto Sénateur de la Mayenne a présenté aux journalistes un tour d’horizon des sujets d’actualité : Recensement, situation économique et situation du monde rural en Mayenne ; Laval et son agglomération ; les réformes territoriales.

Le recensement en Mayenne :

« Pour débuter cette année 2010, une très bonne nouvelle : la confirmation de la croissance démographique de la Mayenne. Il faut se souvenir qu’il y a 20 ans, nous vivions avec le spectre de la perte démographique. Mais depuis quelques années, la tendance est inversée et ce n’est pas un hasard. Notre situation géographique sur les marches de la Bretagne et notre proximité avec Paris grâce au TGV, ont rendu notre territoire plus attractif. C’est aussi l’action des politiques des collectivités territoriales qui a permis de développer l’ensemble de notre département comme le confirme le recensement puisque c’est une très grande majorité des communes mayennaises qui augmentent en population.

La situation économique mayennaise :

«  Il y a un an, nous étions dans un catastrophisme et un pessimisme profond face à la crise économique. Le chômage a augmenté, des entreprises ont été durement touchées durant 2009 mais globalement la Mayenne a bien résisté à la crise. Et ce, grâce à son tissu très important de PME familiales qui ne sont pas aliénées par les spéculations financières et donc moins touchées par les effets néfastes de la mondialisation. C’est également grâce à un très important travail de réseau entre les collectivités, les centres de formations, les chambres consulaires … C’est un modèle qui doit être développé.

L’agriculture en Mayenne :

« Je suis préoccupé. La Mayenne a néanmoins de sérieux atouts. Nous avons de nombreux jeunes agriculteurs compétents avec des restructurations d’exploitations intéressantes à échelle humaine qui correspondent à notre terroir. Mais l’année 2010 va être, je le crains, encore difficile pour le monde agricole. Le libéralisme à tous crins montre bien ses limites. Nous avons besoin d’instruments de régulation.

La THT :

« Je me réjouis que l’enquête publique conclue à une obligation d’enquête épidémiologique indépendante. Je ne remets pas en cause le choix de l’Etat français sur le nucléaire mais pas au détriment de la santé de mes concitoyens. Je maintiens que le fuseau de « sécurité » ne doit pas être de 100 m de chaque côté de la ligne THT mais de 300 m.

Laval et son agglomération :

« Je constate comme beaucoup de lavallois, l’immobilisme de l’équipe municipale : beaucoup de paroles mais pas de « concret ». Les projets qui avancent étaient ceux déjà programmés et enclenchés sous l’ancienne municipalité comme la rénovation des Fourches et des Pommeraies. N’oublions pas qu’en 2010, la caserne du 42ème régiment va peu à peu se vider. Il y a eu des annonces mais pas d’avancée à ce sujet. Il faut éviter les initiatives dispersées, travailler de concert avec les services de l’Etat et surtout passer à la vitesse supérieure. Par ailleurs, la gouvernance de Laval Agglomération doit être améliorée. Les débats partent dans tous les sens, avec des ordres du jour qui ne sont pas précis, ni respectés. Cette assemblée qui représente 20 communes et plus de 100 000 habitants ne peut pas devenir un « café du commerce ».

Travaux parlementaires à venir :

« La réforme territoriale est actuellement l’essentiel de notre travail parlementaire avec deux aspects distincts : celui des finances avec la réforme de la Taxe Professionnelle et celui des institutions.

Concernant la TP, je pense que le texte issu du Sénat est un bon texte. Il permet de moderniser la fiscalité des entreprises. Avant, l’entreprise avait un impôt sur ses investissements (et 40 % de la TP était payé par l’Etat avec les systèmes d’exonération). Demain l’entreprise paiera en fonction de la richesse qu’elle produit. C’est plus juste, notamment pour rééquilibrer les disparités entre le monde des services qui se développe de plus en plus et le monde industriel qui doit être soutenu. Le Gouvernement a bien fait de lancer le débat sur le suppression de la Taxe Professionnelle. Son projet de loi n’était pas satisfaisant à l’origine mais le travail parlementaire a permis de le réajuster : ce n’est pas une suppression de la TP c’est une modernisation de la fiscalité de l’entreprise et de son territoire. Les bases fiscales seront plus dynamiques pour les communes et communautés des communes. Laval Agglomération, par exemple, va bénéficier d’une recette supérieure par rapport aux années passées !

La réforme institutionnelle me concerne beaucoup plus directement puisqu’elle est conduite par la commission des Lois dont je suis Vice-président. Nous sommes en plein travail actuellement. Pour ma part, je suis pour que le bloc communal (Commune / Communauté de Communes) conserve la clause de compétence générale qui lui permet d’agir dans tous les champs de compétences possibles. Mais je souhaite également que les Départements et les Régions voient la spécialisation de leurs compétences réaffirmée: Le social, par exemple, pourrait être géré à échelle humaine au niveau du département et l’attractivité économique et la formation au niveau des régions. La désignation des conseillers communautaires – non pas de son président - au sein des assemblées des communautés de communes, par les électeurs, sera une réforme importante pour développer notre démocratie locale. Toutes les communes de plus de 500 habitants auront un scrutin de liste à l’avenir, avec un système de fléchage pour les élus municipaux qui seront également élus communautaires. Cela permettra d’ouvrir un débat clair, sans confusion auprès des électeurs entre les projets de la commune et ceux de l’intercommunalité. C’est plus de transparence, c’est plus de démocratie. Je suis également favorable à la création des élus territoriaux qui seront présents dans les instances départementales et régionales. Ce n’est pas un problème de réduction du nombre d’élus, c’est un problème d’efficacité de travail. Mais pour cela il faudra bien réfléchir aux moyens mis à disposition de ces nouveaux élus. »

 

Partager cet article

Repost 0

Commenter cet article