Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
le blog-note de François Zocchetto

Brexit : un appel à faire preuve de clarté et de fermeté

28 Juin 2016 , Rédigé par Permanence François Zocchetto

François Zocchetto, président du groupe UDI-UC, est intervenu lors du débat sur le Brexit. « La victoire du Brexit est un coup très dur porté à la construction européenne » a-t-il déclaré. Pour le chef de file des sénateurs centristes, l’heure est au sursaut : « nous pouvons faire du vote de jeudi dernier un électrochoc dont nous dirons dans 10 ans qu’il a servi à quelque chose ».

« Les Etats-membres, la France en particulier, doivent prendre leur responsabilité afin de mettre en œuvre la sortie du Royaume-Uni de l’Union et relancer la construction européenne » a affirmé François Zoccchetto, qui a demandé une sortie rapide et sans ambiguïté, « menée sans ressentiment, mais également sans complaisance ».

Pour le sénateur, les négociations de sortie doivent s’engager sans délai, dès ce mois de juillet : « ce n’est pas à celui qui a décidé unilatéralement de partir de dicter son agenda ». Les négociations doivent être rapides : « deux ans est un délai maximum. Nous souhaitons qu’elles soient achevées au plus vite car cette période va être propice à l’incertitude et donc aux inquiétudes ». Il ne doit pas y avoir d’ambigüité sur leur issue : « l’objectif n’est pas d’espérer trouver un compromis qui permettrait aux Britanniques de conserver l’essentiel des avantages d’un pays membre tout en échappant aux obligations et aux contraintes d’une démarche collective ».

François Zocchetto a appelé à faire preuve de clarté et de fermeté, « sinon, nous courons le risque d’un délitement de l’Union européenne. Tous les populistes vont s’engouffrer dans la brèche en affirmant à des opinions abusées que les dommages d’une sortie de l’Europe sont minimes ».

Le président du groupe UDI-UC a proposé d’associer les parlementaires français nationaux et européens aux travaux du Gouvernement : « il serait pertinent de créer très vite un comité de suivi trans-partisan avec lequel le Gouvernement pourra dialoguer ».

François Zocchetto a réaffirmé l’attachement des centristes à la construction européenne : « ma famille politique est unie sur cette question. Nous avons la conviction que les citoyens sont et seront mieux protégés dans l’UE à condition qu’elle soit plus forte, plus intégrée et tournée vers ses habitants ».

La défiance envers le projet européen repousse l’option d’une sortie de crise vers plus de fédéralisme : « nous devrons en passer par une étape intermédiaire qui consiste à recréer « une envie d’Europe ».

Pour François Zocchetto, le politique doit à nouveau primer dans le processus de décision européen : « il doit supplanter la technostructure, même la mieux intentionnée. Nos ministres doivent être à Bruxelles lorsque les décisions qui impactent la vie des gens se prennent ».

Il faut également revenir aux fondamentaux : la subsidiarité doit être redéfinie et enfin prévaloir. L’Europe doit se mobiliser sur les enjeux essentiels: la sécurité, la politique migratoire, l’harmonisation des politiques fiscales, sociales et environnementales, l’identification de projets industriels cruciaux : « L’Europe doit incarner des réalisations fortes, utiles, qui parlent à ses citoyens ».

Pour cela, le rôle de la France est crucial : « l’Histoire de l’Union ne peut s’écrire sans une France forte, source d’initiatives et volontariste ».

« L’Union n’est pas un club de gentlemen auquel on pourrait adhérer puis quitter à sa guise. L’UE est un processus destiné à aller vers toujours plus d’intégration, là et quand elle est utile aux peuples. Européens convaincus, les centristes sont prêts à participer aux réflexions sur son avenir» a conclu François Zocchetto.

Lire la suite

Après l’épouvantable assassinat de deux policiers ...

14 Juin 2016 , Rédigé par Permanence François Zocchetto

« Après l’épouvantable assassinat de deux policiers,

nos services de renseignement sont ils suffisants ? Quelles mesures pour que notre pays

retrouve le calme et la sérénité ? »

Au lendemain de l’épouvantable assassinat qui endeuille la France, François Zocchetto, président du groupe UDI-UC et sénateur de la Mayenne, a interpellé ce jour le Premier Ministre, sur les mesures à mettre en œuvre pour que la France retrouve la sérénité, le calme et la fraternité républicaine. Il l’a également interrogé sur l’état de nos moyens de renseignement.

« Notre pays, une fois encore, a été la cible d’un crime abject. Deux de nos compatriotes ont été sauvagement assassinés, à leur domicile, par un terroriste.

Nos pensées vont naturellement aux proches de ce commandant de police et de son épouse, ainsi qu’à leur jeune enfant sauvé par les policiers du RAID. Nous pensons également à l’ensemble des collègues de ces deux fonctionnaires et à tous ceux qui exposent chaque jour leur vie pour assurer notre sécurité.

C’est un sentiment terrible que nous avons : personne n’est à l’abri de ces criminels. DAESH nous frappe ; il frappe aussi nos alliés avec cette tuerie atroce aux Etats-Unis il y a peine 48 heures.

Il frappe des symboles, il frappe des innocents avec toujours plus de barbarie et de violence.

L’assassin était connu de la Justice. Il avait même été condamné en 2013 à 3 ans de prison dont 6 mois avec sursis. On nous dit que le tueur avait suivi l’ensemble des obligations décidées par le tribunal dans le cadre de son sursis avec mise à l’épreuve. On nous dit que l’individu était suivi par les services de renseignement et qu’il faisait l’objet d’une surveillance téléphonique.

Et pourtant, cela n’a pas empêché le passage à l’acte. La France est plongée dans un abîme de perplexité et d’inquiétude.

Malgré les nombreuses dispositions que nous avons votées ces derniers mois, ici-même au Sénat, ce nouvel évènement n’est-il pas le signe que la surveillance et les moyens de renseignement concernant des individus radicalisés dans notre pays sont encore largement insuffisants ?

Les forces de sécurité ne semblent plus en mesure de faire leur travail, exténuées, harcelées à Paris, Rennes, Nantes, Marseille, par les contestataires, casseurs, zadistes et hooligans de toutes sortes que le pouvoir n’a pas su contenir depuis des mois.

Quelle politique le Président de la République et le Gouvernement comptent-ils proposer aux Français maintenant pour que cesse l’escalade de la violence, pour que notre pays retrouve la sérénité, le calme et la fraternité républicaine sans lesquelles il ne sera pas possible de combattre les assassins barbares ? »

Lire la suite