Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
le blog-note de François Zocchetto

Révision constitutionnelle

23 Décembre 2015 , Rédigé par Permanence François Zocchetto

Après plusieurs semaines de tergiversations traduisant la tentation d’une approche partisane, le Président de la République a choisi de rester sur la voie de son discours devant le Congrès .

Il ne pouvait pas en être autrement, car sinon, cela aurait été le reniement de la parole donnée, au-surplus, sur un problème de la plus grande importance.

Le projet de loi constitutionnel forme bien un tout, qu’il ne saurait être question de dissocier. Constitutionnalisation de l’état d’urgence et déchéance de nationalité sont désormais liés dans la réforme , à la demande du chef de l’Etat.

Le groupe UDI-UC du Sénat considère que ce projet de loi est une base solide pour travailler.

S’agissant de l’état d’urgence, François Zocchetto souhaite inscrire dans le texte le rôle essentiel du Parlement comme organe de contrôle permanent. "Il faudra également s’interroger sur la possibilité pour le citoyen de recourir au juge judiciaire face à certains actes de police administrative. Enfin, les centristes veilleront à ce qu’il n’y ait pas d’état intermédiaire : soit on est dans l’état d’urgence, soit on en est sorti.

Pour la déchéance de nationalité, François Zocchetto considère qu’il sera difficile de s’écarter des recommandations du Conseil d’Etat."

Lire la suite

Ma question au Gouvernement : « Comment retrouver la confiance sur fonds d’arrangements politiciens ? »

10 Décembre 2015 , Rédigé par Permanence François Zocchetto

retrouvez ma question au Premier Ministre et sa réponse

retrouvez ma question au Premier Ministre et sa réponse

Lire la suite

question d'actualité au Gouvernement : « Comment retrouver la confiance sur fonds d’arrangements politiciens ? »

10 Décembre 2015 , Rédigé par Permanence François Zocchetto

 question d'actualité au Gouvernement : « Comment retrouver la confiance sur fonds d’arrangements politiciens ? »

François Zocchetto, président du groupe UDI-UC, a interpellé le Premier ministre à l’occasion des questions d’actualité au Gouvernement : « comment retrouver une confiance nécessaire à la relance économique sur fonds d’arrangements politiciens ? »

« Depuis dimanche soir, on ne parle que du Front National. C’est légitime mais injuste » a déclaré François Zocchetto.

« Dans ce triste panorama, on oublie qu’un miracle s’est produit : dans toutes les régions, des parlementaires, des élus de gauche qui se déchirent au Parlement fusionnent allégrement leurs listes, y compris lorsqu’il n’y a aucun risque de victoire du FN » a-t-il poursuivi.

En avril 2014, Manuel Valls déclarait que la croissance ne pourra revenir sans confiance.

« Fin 2015, le constat est tout aussi fondé. La situation est malheureusement encore plus calamiteuse : record en matière de chômage ; record en matière de prélèvements obligatoires; croissance en berne » a ajouté François Zocchetto. « Vos timides initiatives sont férocement combattues par les élus verts, front de gauche, frondeurs. C’est de votre propre camp que les balles fusent ».

« Alors que vous avez donné d’importants pouvoirs économiques aux régions, comment voulez-vous qu’un artisan, qu’un créateur d’entreprise, qu’un dirigeant de PME vous fasse confiance quand il y a manifestement une telle duplicité ? Qui est sincère ? Le premier ministre qui prône le réalisme économique ou le chef de la majorité qui s’allie avec ses pires contempteurs pour garder le pouvoir ? » a donc demandé le chef de file des sénateurs centristes.

« Vous fustigez comme nous le Front National. Mais dans le même temps vous alimentez son fonds de commerce par des arrangements qui ne visent qu’à garder le pouvoir au détriment de toute cohérence » a conclu François Zocchetto.

Lire la suite

« Nous avons donné du souffle à ce Projet de Loi de Finances inerte. Maintenant la balle est dans le camp du Gouvernement ! »

8 Décembre 2015 , Rédigé par Permanence François Zocchetto

François Zocchetto, président du groupe UDI-UC, est intervenu à l’occasion du vote sur le PLF 2016 : « Fidèles à leur engagement pour un Etat au service de l’économie et de nos concitoyens plutôt que d’un Etat qui étouffe et écrase, les sénateurs du groupe UDI-UC ont voté en faveur du projet de loi de Finances pour 2016 tel que travaillé et réécrit par le Sénat » a-t’ il indiqué.

Pour le chef de file des sénateurs centristes, après trois années d’attente et de déclarations d’intentions le constat est clair : « 5,4 millions de chômeurs toute catégorie confondues, un triste nouveau record historique en matière de chômage, 1000 sociétés qui déposent chaque semaine leur bilan, une France vice-championne du monde des prélèvements obligatoires, des entreprises qui n’investissent plus et, dans nos territoires, un tissu économique local qui se délite ».

Pour les sénateurs UDI-UC, ce PLF 2016 aura été « un rendez-vous manqué avec les attentes de nos concitoyens ». « Le texte soumis au Parlement était vide de toute proposition constructive. Aucune décrue fiscale ou modernisation de notre fiscalité et de nos politiques publiques en vue » ajoute François Zocchetto.

« C’est une lourde tâche qu’a dû relever la majorité sénatoriale pour donner à ce PLF inerte le supplément d’âme, de souffle, qui lui manquait » poursuit François Zocchetto. Car pour les sénateurs centristes « Il n’y a pas de fatalité ! Un avenir différent est possible ». La majorité sénatoriale a ainsi investi plus de 4 milliards d’euros dans les attentes des Français : décrue de l’impôt sur le revenu des classes moyennes, hausse du quotient familial pour les familles, rénovation du pacte Dutreil pour nos entreprises, réforme de la fiscalité des plus-values de cessions mobilières ou encore réforme de l’actualisation des valeurs locatives cadastrales.

François Zocchetto est revenu sur la prorogation de l’avantage fiscal sur le suramortissement des entreprises « C’était une proposition du groupe UDI-UC lors de la précédente loi de Finances qui a été adoptée par le Sénat en avril dernier lors de l’examen de la loi « Macron ». Après avoir participé à sa création, nous l’adaptons pour veiller à ce qu’elle réponde aux besoins de nos entreprises. Cette mesure était la bienvenue, elle fait partie de celles qui peuvent contribuer à redonner de la croissance à notre pays ».

Alors que nous sommes entre les deux tours des élections régionales, François Zocchetto s’interroge : « Depuis près de trois ans, l’examen des textes économiques et financiers donne lieu à de terribles affrontements entre le Gouvernement et les frondeurs, les écologistes et les élus du front de gauche. Alors que les régions ont des compétences accrues en matière économique, comment comptez-vous raisonnablement fusionner des listes hétéroclites au mépris de toute ligne directrice en matière économique ? Comment établir de la confiance et restaurer de la croissance avec des signaux contradictoires ? »

« Nous centristes ne cessons de vous réclamer des réformes dont nous avons besoin : marché du travail, investissement, retraites, décrue de la dépense publique. A l’occasion de ce PLF, nous vous avons fait des propositions opérationnelles. L’immobilisme doit cesser. La balle est dans votre camp Monsieur le Ministre » a conclu François Zocchetto s’adressant à Manuel Valls.

Lire la suite