Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
le blog-note de François Zocchetto

Refondation de l'Ecole : « Les élus locaux sont de véritables acteurs dans la vie de l’école et des élèves »

28 Mai 2013 , Rédigé par Permanence François Zocchetto

 

Le Sénat vient de voter le projet de loi pour la refondation de l’école de la République, François Zocchetto, Sénateur de la Mayenne, dénonce « le caractère incantatoire et verbeux » de ce texte et regrette son adoption qui « remet en cause les fondements de notre école, et notamment le socle commun de connaissances, et qui ne prend pas suffisamment en compte le rôle grandissant et l’avis des collectivités locales, désormais acteur majeur de l’école. ». Il pointe des manques incompréhensibles dans ce texte : « Pas un mot sur la lutte contre l’illettrisme, qui a pourtant été labellisée grande cause nationale 2013. »

 François Zocchetto souligne « A l’image de la réforme des rythmes scolaires imposée aux élus sans concertation au début de cette année, ce projet de loi impose encore de nouvelles mesures ayant un impact, notamment en terme de charges financières, sur les collectivités. »

 Concernant la réforme des rythmes scolaires, François Zocchetto se dit « favorable au retour à la semaine de quatre jours et demi, afin de mieux étaler le travail des enfants et leur permettre une meilleure intégration des connaissances et des compétences à acquérir. »

 Les sénateurs UDI-UC ont défendu des amendements permettant :

 

de poursuivre pour l’année scolaire 2014/2015, l’ensemble des aides apportées aux communes ou EPCI compétents en matière scolaire, et de compenser une partie du coût de cette réforme, largement sous-évaluée par le ministère de l’Education

de tirer un bilan précis de l’application de la réforme des rythmes scolaires, tant en matière d’amélioration pour les élèves qu’en termes de charges financières pour les collectivités, avant de la généraliser.

François Zocchetto déplore une mise en œuvre brutale de cette réforme pour l’ensemble des acteurs du système éducatif, enseignants, parents d’élèves et élus : « Les collectivités doivent systématiquement être associées à la définition des orientations et des expérimentations menées par l’Education nationale, ainsi qu’à leurs déclinaisons territoriales. »

 Il regrette que le Gouvernement et sa majorité soient restés sourds à la majorité des amendements centristes notamment ceux concernant l’amélioration de la place des élus dans les conseils d’école et l’intégration des associations d’élus dans le Conseil national d’évaluation du système éducatif.

 « De nouveaux dispositifs comme les projets éducatifs territoriaux ou le parcours d’éducation artistique et culturelle nécessitent concertation et écoute des collectivités. Les élus ne doivent plus être considérés comme de simples payeurs ; ils sont de véritables acteurs dans la vie de l’école et des élèves. » conclut le Président du Groupe UDI-UC au Sénat

 

Lire la suite

« L’étiquetage obligatoire est essentiel pour le consommateur et pour les éleveurs »

15 Mai 2013 , Rédigé par Permanence François Zocchetto

Droit européen pour le consommateur à la maîtrise et à la parfaite connaissance de son alimentation

 

« L’étiquetage obligatoire est essentiel pour le consommateur et pour les éleveurs »


Le Sénat examine aujourd’hui une proposition de résolution sur la création d’un droit européen pour le consommateur à la maîtrise et à la parfaite connaissance de son alimentation.

Ce texte, inscrit au Sénat en février dernier à l’initiative du Président du groupe UDI-UC François Zocchetto, avait été déposé conjointement à l’Assemblée nationale par Jean-Louis Borloo quelques jours après le scandale des lasagnes à la viande de cheval.

 

Le chef de file des sénateurs UDI-UC se félicite que les parlementaires centristes aient pris l’initiative de s’emparer de la question du droit des consommateurs en la plaçant résolument au niveau européen et se soient mobilisés afin d’y apporter des réponses concrètes et pérennes : « Le consommateur doit pouvoir choisir les aliments qu’il consomme en toute connaissance de cause. Il est indispensable de fixer un cadre normatif européen strict afin d’assurer sa pleine information sur le contenu et sur la provenance de l’ensemble des aliments constitutifs des produits qu’il consomme, notamment pour les plats préparés. »

 

François Zocchetto rappelle que cette résolution, qui s’articule autour de trois mots d'ordre -sécurité, traçabilité et transparence-, vise en particulier à instaurer un étiquetage obligatoire qui indique si la viande ou le poisson contenu dans les aliments préparés a été nourri avec ou sans farines animales. « La récente action d’éleveurs de porcs de la Mayenne et de la Sarthe qui ont détruit de la viande non étiquetée devant la préfecture à Laval ne fait que renforcer ma conviction que cet étiquetage obligatoire est essentiel pour le consommateur mais aussi pour les éleveurs. Cette nouvelle obligation leur bénéficierait puisqu’ils pourraient ainsi garantir aux consommateurs que les aliments qu'ils proposent ne contiennent pas de farines animales. Elle serait de plus de nature à restaurer la confiance entre les différents acteurs de la filière, du producteur au consommateur. »

 

Par ailleurs, le sénateur de la Mayenne fait part de son incompréhension devant l’attitude du Gouvernement qui refuse le moratoire sur les farines animales : « J’entends encore François Hollande assurer, au moment du Salon de l’agriculture, que la France s’opposait à l’utilisation des farines et protéines animales. Aujourd’hui, on parle d’utiliser des protéines animales transformées. Va-t-on aussi changer d’avis sur un sujet qui touche à l’alimentation et à la santé de millions de Français ? »

Lire la suite

Réaction aux 10 propositions de Jean-Louis Borloo :« Le temps du redressement national ne peut plus attendre »

7 Mai 2013 , Rédigé par Permanence François Zocchetto

« Il y a un an, François Hollande devenait Président de la République en faisant naître l’espoir auprès de ses électeurs que le changement était « Maintenant ». Il est nul besoin de dresser  un bilan de l’action, ou de l’inaction, politique du Gouvernement ; cet espoir n’est plus. Aujourd’hui, nous ne pouvons que constater l’ampleur de la crise économique, de la montée incontrôlable du chômage, de la baisse du pouvoir d’achat, de l’augmentation des déficits publics. Les français, plus que jamais, ont peur de l’avenir et perdent confiance dans l’ensemble de la classe politique.

Au-delà des postures politiciennes, avec Jean-Louis Borloo, l’UDI souhaite proposer un consensus républicain pour agir et répondre au devoir de tout élu politique : être à l’écoute des Français, les servir et redresser la France. Face aux difficultés rencontrées, l’heure n’est plus au jeu politique mais à l’action dans le consensus pour le bien de nos concitoyens.

Sans renier nos convictions, nos familles politiques, je suis persuadé que le Parlement peut trouver des actions concrètes et rapidement effectives pour renouer avec la confiance et la croissance. C’est pour cette raison que nous avons fait 10 propositions consensuelles : relancer la croissance par un vrai choc de compétitivité ; soutenir la jeunesse et la formation professionnelle ; lutter contre la précarité ; présenter un cap lisible sur la fiscalité, les retraites, la maîtrise du déficit ; et retrouver notre place dans le dialogue avec l’Union européenne.

Le temps de l’inaction doit cesser « maintenant ». Le temps  du courage politique doit débuter dès aujourd’hui pour le redressement national. »

 

Retrouver les propositions de l’UDI : www.parti-udi.fr

 

 

Lire la suite