Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
le blog-note de François Zocchetto

Reconnaissance du vote blanc : « Une avancée dans la transparence de la vie politique »

28 Février 2013 , Rédigé par Permanence François Zocchetto

 

Les sénateurs UDI-UC se félicitent de l’adoption, ce jour au Sénat, d’une proposition de loi centriste visant à reconnaitre le vote blanc. Ce texte, initiative du député UDI François Sauvadet, a déjà été voté à l’unanimité à l’Assemblée nationale le 22 novembre dernier.

 

Pour François Zocchetto, président du groupe UDI-UC et rapporteur du texte, reconnaitre le vote blanc, « C’est entendre la voix et rendre justice aux électeurs qui font l’effort de se déplacer au bureau de vote, même s’ils préfèrent, pour des motivations qui leur sont propres, ne pas choisir parmi l’offre politique qui leur est proposée. »

 

Le chef de file des sénateurs centristes, qui rappelle que cette proposition répond à une revendication très ancienne affirme : « Nous ne pouvons qu’encourager les mesures qui vont dans le sens de plus de transparence de la vie politique et qui sont de nature à renforcer la participation des citoyens lors des élections. »

 

Yves Détraigne, sénateur UDI-UC de la Marne et orateur pour le groupe, précise qu’il est très favorable à cette proposition : « Loin d'être un gadget, cette mesure permettrait d'élargir la possibilité offerte aux citoyens de s'exprimer par les urnes, y compris lorsque les candidatures ou la seule alternative binaire qui leur sont proposées ne répondent par à leur attente. J’espère que cette reconnaissance contribuera à faire revenir une partie des électeurs dans les isoloirs. »

 

A une époque où l'on s'inquiète du désintérêt croissant des Français pour la chose publique, matérialisé par l’augmentation du taux d'abstentions, François Zocchetto et Yves Détraigne considèrent que cette reconnaissance constitue « une avancée dans la transparence de la vie démocratique qui répond aux attentes de nombreux Français. »

Lire la suite

Election des sénateurs : « Pourquoi rompre l’équilibre existant ?»

20 Février 2013 , Rédigé par Permanence François Zocchetto

 

François Zocchetto, président du groupe UDI-UC au Sénat, réagit à la présentation ce matin en Conseil des ministres du Projet de loi relatif à l’élection des sénateurs :  

 

« Je constate que ce texte ne retient pas les préconisations de la commission Jospin qui étaient inacceptables et qui voulaient qu’un conseiller régional ait 15 fois plus de poids qu’un maire : une telle disposition allait, en effet, à l’encontre d’un Sénat représentant des territoires. Sur ce point, je ne peux que me féliciter.

 

Le texte présenté porte sur deux points. Sur l’augmentation du nombre de délégués élus par les conseils municipaux de communes de plus de 30 000 habitants, je considère qu’il s’agit d’un changement à la marge.

 

En revanche, je ne suis pas favorable à la modification du mode de scrutin qui implique que, dans les départements où il y a trois sénateurs, l’élection aura lieu à la proportionnelle.

Cette généralisation -trois quart des sénateurs vont être élus à la proportionnelle- comporte un vrai risque, celui de voir se multiplier les élus issus de la caste politicienne et placés par leurs partis.

 

Il serait plus raisonnable de maintenir le modèle actuel : moitié scrutin majoritaire uninominal à deux tours et moitié représentation proportionnelle. Je ne vois pas pourquoi il faudrait rompre l’équilibre existant qui donne satisfaction.

 

Les grands électeurs cherchent à distinguer l’expérience et les compétences plus que l’appartenance politique. Le Sénat n’a pas besoin de professionnels et de permanents de la politique. Il a besoin d’élus représentant la diversité et garants de l’indépendance.

 

Le Gouvernement a présenté ce matin un projet dont notre pays n’a pas besoin. Un de plus ! On ferait mieux de s’occuper des véritables préoccupations des Français, chômage, emploi, pourvoir d’achat, plutôt que de triturer les modes d’élections ! »


Lire la suite

Laval - Passerelle de la Gare

19 Février 2013 , Rédigé par Permanence François Zocchetto

Ouest-france - 19 février 2013 

François Zocchetto : "La municipalité se réveille vraiment tard."

Lire la suite

Scandale des lasagnes à la viande de cheval

15 Février 2013 , Rédigé par Permanence François Zocchetto

François Zocchetto, président du groupe UDI-UC, a annoncé que son groupe demande la création d'une mission commune d'information intitulée « La filière viande en France et en Europe : élevage, abattage et distribution ».

 

Vache folle, bœuf et veau aux hormones, poulets à la dioxine, lasagnes à la viande de cheval… les scandales sanitaires s’accumulent  posent régulièrement la question de la sécurité alimentaire.

 

Pour les sénateurs UDI-UC, cette question doit être traitée dans son ensemble, à toutes les étapes de la filière, de l’élevage à la distribution, en passant par l’abattage, et ce à l’échelle de l’Europe.

 

Le groupe UDI-UC souhaite que le rapport fourni par la mission puisse éclairer le consommateur sur la provenance de la viande, sur la manière dont les animaux ont été tués et sur les conditions dans lesquelles les produits transformés sont vendus.

 

La mission devra proposer des mesures rassurant le consommateur par le biais d’un étiquetage clair. Il s’agit, à terme, de restaurer des liens de confiance entre le consommateur et l’éleveur.

 

Elle devra également s’attacher à comparer les filières entre les différents pays européens et à expliciter les liens qui existent entre ces marchés.

Lire la suite

Question au gouvernement : 7 février - Situation économique

12 Février 2013 , Rédigé par Permanence François Zocchetto

question-au-gouvernement-7-fevrier.jpg

Cliquez sur l'image

 

François Zocchetto, Président du groupe UDI-UC au Sénat est intervenu ce jour au Sénat lors des questions d’actualité. Il a interpellé Arnaud Montebourg, ministre du redressement productif : « En septembre dernier, le Président de la République a déclaré se donner deux ans pour inverser la courbe du chômage. Six mois plus tard, un premier bilan s’impose. »

 

Le chef de file des sénateurs centristes s’alarme de la situation économique du pays : « Le chômage frappe désormais toutes les familles de France, soit plus de trois millions de personnes. Face à cela, que faites-vous? » Pour François Zocchetto, les contrats d’avenir et les contrats de génération ne sont pas des réponses satisfaisantes et suffisantes.

 

François Zocchetto regrette que le Gouvernement ne propose, dans le meilleur des cas, « que la perspective d’une économie administrée à grand renfort de contrats aidés de toute sorte tout en jetant la défiance sur nos entreprises qui sont le véritable moteur de la prospérité économique. »

 

Alors que les deniers publics manquent cruellement, on apprend, avec inquiétude, que les collectivités territoriales devront faire un effort supplémentaire de 5 milliards d’euros.

 

Pour François Zocchetto, il est temps d’agir : « L’heure n’est plus à rejeter la faute sur vos prédécesseurs. L’heure n’est pas à occuper le Parlement avec des sujets qui n’intéressent pas les Français. On ne badine pas sur le statut pénal du chef de l’Etat, sur la réforme du mariage ou encore sur la création de modes de scrutins fantasques quand la colère sociale gronde. On ne termine pas ses fins de mois avec des promesses de lendemain qui chantent. »

 

A l’heure où les Français ne savent pas de quoi demain sera fait, s’ils conserveront leur emploi ou si leurs enfants en obtiendront un, François Zocchetto demande à Arnaud Montebourg : « Ne pensez-vous vraiment Monsieur le Premier Ministre que l’urgence réside davantage dans le retour des sujets économiques et sociaux ? L’urgence n’est-elle pas dans la restauration de notre compétitivité et dans le soutien de notre industrie plutôt que dans le babillage médiatique ? Le véritable sujet de société n’est-il pas avant toute chose la question du chômage ? Quand allez-vous enfin faire ce vrai choc de compétitivité avec la seule solution réaliste : la baisse directe des charges des entreprises productives compensée par la TVA qui frappe les produits importés ? »

Lire la suite

Le Premier ministre a reçu François Zocchetto, président du groupe UDI au Sénat, vendredi 8 février à l'hôtel de Matignon.

12 Février 2013 , Rédigé par Permanence François Zocchetto

13046003_entretien_zochetto.jpg

 

Photo : Yves Malenfer/Matignon

 

 François Zocchetto, Vice-Président de l'UDI, a été désigné délégué à la Justice : « La création du groupe UDI-UC au Sénat a été un élément moteur de la création de l’UDI. En plus de mes responsabilités de Président de groupe, je suis délégué à la Justice. Le Gouvernement souhaite mettre en place une lourde réforme constitutionnelle afin de revoir les modes de jugement des ministres et du Président. Je rencontre d’ailleurs, ce soir le Premier ministre ce sujet. La justice est aussi au cœur du quotidien des français notamment avec les dossiers de surendettements et le droit familial. Je souhaite que le budget de la Justice augmente progressivement dans les années à venir, il est actuellement si faible qu’on a du mal à imaginer que le France soit le pays des droits de l’Homme. Je suis également membre de la commission des investitures, présidée par Jean-Louis Borloo. Nous aurons notamment à investir en 2014 les candidats pour les élections municipales de 2014 pour les villes de plus de 9000 habitants. »

Lire la suite

François Zocchetto et Jean-Louis Borloo demandent à l'exécutif un débat au Parlement sur le budget européen

11 Février 2013 , Rédigé par Permanence François Zocchetto

  PARIS, 11 fév 2013 (AFP) - Les présidents des groupes UDI de l'Assemblée et du Sénat, Jean-Louis Borloo et François Zocchetto, ont demandé lundi à François Hollande et Jean-Marc Ayrault un débat parlementaire en urgence sur le projet de budget européen qu'ils jugent "extrêmement préoccupant".

Les dirigeants européens se sont mis d'accord vendredi sur un budget pour les sept prochaines années, en baisse pour la première fois dans l'histoire de l'Union européenne. Il doit maintenant être soumis au Parlement européen.

"Le sommet européen du 8 février a adopté un projet de budget d'austérité sans précédent et, de surcroît, en déficit. La position que vous avez finalement prise au nom de la France nous engage pour sept ans. Or, ce projet de budget est extrêmement préoccupant", coécrivent les deux responsables centristes dans deux courriers adressés lundi au chef de l'Etat et au Premier ministre et que l'AFP a pu consulter.

"En effet, vous aviez annoncé aux Français votre volonté d'orienter le projet européen vers plus de croissance et d'emploi. Or, non seulement le Pacte de 120 milliards d'euros annoncé cet été n'a jamais vu le jour mais le projet de budget adopté vendredi tourne le dos à la croissance européenne, aux investissements d'avenir et réduit les financements des grands projets européens", font-ils valoir.

En conséquence, MM. Borloo et Zocchetto demandent aux chefs de l'exécutif "d'inscrire urgemment et dès cette semaine, à l'ordre du jour du Parlement un débat" sur le projet de budget européen" qui, disent-ils, "engage les Français pour longtemps".

Lire la suite

Jean Arthuis, Yannick Favennec et François Zocchetto, les 3 parlementaires UDI mayennais font partie des 16 vice-présidents nationaux de l’UDI

11 Février 2013 , Rédigé par Permanence François Zocchetto

L’Union de Démocrates et Indépendants, créé le 21 octobre 2012 par Jean-Louis Borloo, a constitué cette semaine son organisation interne, avec notamment la désignation de ses 16 Vice-présidents. Le département de la Mayenne est fortement représenté au sein des instances nationales puisque les trois parlementaires UDI, Jean Arthuis, Yannick Favennec et François Zocchetto, ont été désignés Vice-présidents.

Udi-vice-president-Favennec-Blog-web.jpg


 Jean Arthuis a été désigné responsable du pôle « Europe » et du projet européen pour 2014: « L’Europe doit parler à la jeunesse. C’est pourquoi, nous souhaitons à l’UDI que le programme ERASMUS soit élargit à l’apprentissage, à la formation par alternance et au premier emploi. Nous allons également construire un site internet dédié au projet européen « Europe 2014 », qui sera un espace de réflexion et de dialogue et, ce, non seulement en français mais également en anglais, pour ouvrir le plus largement le débat à l’ensemble des européens. L’Europe est l’identifiant de l’UDI, nous ne sommes ni eurosceptiques ni euro-béa, mais euro-réalistes. L’union européenne doit se préparer à fédéraliser sa gouvernance. Aujourd’hui, les chefs d’Etats nous offrent un spectacle classique qui laisse s’exprimer chaque égoïsme national. La PAC fait débat et nous allons d’ailleurs organiser le lundi 29 avril prochain à Laval, un colloque ouvert à tous à ce sujet. Le cadre budgétaire 2014-2020 est un accord sans vision, son projet, sans ambition face à la crise.»

 Yannick Favennec a été délégué à la Ruralité : « Depuis 10 ans, je porte l’étendard de la Ruralité à l’Assemblée nationale. Je souhaite que l’UDI soit le parti de l’équité des territoires et faire en sorte que les territoires ruraux ne soient pas le maillon faible  des politiques publiques. Défendre la ruralité, c’est défendre les infrastructures routières et numériques, c’est défendre les services publics, c’est lutter contre la désertification médicale. A ce sujet, un excellent rapport a été réalisé par le sénateur UDI, Hervé Maurey, avec des propositions comme celle de passer des mesures incitatives à des mesures plus coercitives. Le fait que nous sommes trois parlementaires mayennais Vice-présidents de l’UDI, n’est pas un hasard. La Mayenne est  le dernier cordon sanitaire bleu avant la Bretagne rose. C’est un objectif de reconquête des territoires »

 François Zocchetto a été désigné délégué à la Justice : « La création du groupe UDI-UC au Sénat a été un élément moteur de la création de l’UDI. En plus de mes responsabilités de Président de groupe, je suis délégué à la Justice. Le Gouvernement souhaite mettre en place une lourde réforme constitutionnelle afin de revoir les modes de jugement des ministres et du Président. Je rencontre d’ailleurs, ce soir le Premier ministre ce sujet. La justice est aussi au cœur du quotidien des français notamment avec les dossiers de surendettements et le droit familial. Je souhaite que le budget de la Justice augmente progressivement dans les années à venir, il est actuellement si faible qu’on a du mal à imaginer que le France soit le pays des droits de l’Homme. Je suis également membre de la commission des investitures, présidée par Jean-Louis Borloo. Nous aurons notamment à investir en 2014 les candidats pour les élections municipales de 2014 pour les villes de plus de 9000 habitants. »

 

Lire la suite

« Nous n’avons plus le temps de nous raconter des histoires. Il est temps d’agir »

7 Février 2013 , Rédigé par Permanence François Zocchetto

François Zocchetto, Président du groupe UDI-UC au Sénat est intervenu ce jour au Sénat lors des questions d’actualité. Il a interpellé Arnaud Montebourg, ministre du redressement productif : « En septembre dernier, le Président de la République a déclaré se donner deux ans pour inverser la courbe du chômage. Six mois plus tard, un premier bilan s’impose. »

 

Le chef de file des sénateurs centristes s’alarme de la situation économique du pays : « Le chômage frappe désormais toutes les familles de France, soit plus de trois millions de personnes. Face à cela, que faites-vous? » Pour François Zocchetto, les contrats d’avenir et les contrats de génération ne sont pas des réponses satisfaisantes et suffisantes.

 

François Zocchetto regrette que le Gouvernement ne propose, dans le meilleur des cas, « que la perspective d’une économie administrée à grand renfort de contrats aidés de toute sorte tout en jetant la défiance sur nos entreprises qui sont le véritable moteur de la prospérité économique. »

 

Alors que les deniers publics manquent cruellement, on apprend, avec inquiétude, que les collectivités territoriales devront faire un effort supplémentaire de 5 milliards d’euros.

 

Pour François Zocchetto, il est temps d’agir : « L’heure n’est plus à rejeter la faute sur vos prédécesseurs. L’heure n’est pas à occuper le Parlement avec des sujets qui n’intéressent pas les Français. On ne badine pas sur le statut pénal du chef de l’Etat, sur la réforme du mariage ou encore sur la création de modes de scrutins fantasques quand la colère sociale gronde. On ne termine pas ses fins de mois avec des promesses de lendemain qui chantent. »

 

A l’heure où les Français ne savent pas de quoi demain sera fait, s’ils conserveront leur emploi ou si leurs enfants en obtiendront un, François Zocchetto demande à Arnaud Montebourg : « Ne pensez-vous vraiment Monsieur le Premier Ministre que l’urgence réside davantage dans le retour des sujets économiques et sociaux ? L’urgence n’est-elle pas dans la restauration de notre compétitivité et dans le soutien de notre industrie plutôt que dans le babillage médiatique ? Le véritable sujet de société n’est-il pas avant toute chose la question du chômage ? Quand allez-vous enfin faire ce vrai choc de compétitivité avec la seule solution réaliste : la baisse directe des charges des entreprises productives compensée par la TVA qui frappe les produits importés ? »

Lire la suite

L’aide alimentaire européenne doit être maintenue

7 Février 2013 , Rédigé par Permanence François Zocchetto

Les chefs d’Etats vont décider, aujourd’hui, de l’avenir de l’aide alimentaire européenne dans le cadre du vote de budget.

Pour François Zocchetto, Sénateur de la Mayenne et Président du groupe UDI-UC au Sénat : « L'avenir de l'aide alimentaire européenne, qui représente entre 25 % et 50 % des denrées distribuées en France, est, aujourd’hui, entre les mains des dirigeants européens. La disparition du Programme européen d’aide aux plus démunis (PEAD) est actée depuis deux ans, après un sursis obtenu in extremis par les associations et les élus. Il représente 500 millions d'euros redistribués chaque année sous forme de denrées alimentaires à près de 18 millions d'Européens. Ce programme devrait renaître sous une autre forme dès 2014. Mais avec un budget revu à la baisse.

Dans un contexte de crise, et tout en reconnaissant l’importance d’une gestion budgétaire rigoureuse, l’Union Européenne se doit de faire preuve d’une solidarité sans faille, solidarité entre pays mais également envers l’ensemble de ses concitoyens et plus particulièrement les plus fragiles. La solidarité est la première valeur fondatrice de l’Union Européenne, elle ne peut la renier sans se renier elle-même. Je soutiens pleinement le monde associatif (notamment, en France, les banques alimentaires de la Croix Rouge française, des Restos du Coeur et bien sûr du Secours populaire) dans son appel au maintien de l’aide alimentaire européenne.

Au-delà du besoin vital de nourrir sa famille, l’aide alimentaire est la première main tendue vers les plus fragiles. C’est un premier contact qui permet aux associations, dont je salue le travail réalisé au quotidien, d'accompagner et de conseiller les plus démunis afin qu’ils puissent devenir acteur de leur vie, et agir à leur tour pour eux même et pour autrui. »

Lire la suite
1 2 > >>