Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
le blog-note de François Zocchetto

"La question des déserts médicaux doit devenir l'un des thèmes de la campagne présidentielle"

19 Décembre 2011 , Rédigé par Permanence François Zocchetto

 

 

atlantico.jpg

 cliquez sur le logo pour consulter l'article

 

"La question des déserts médicaux doit devenir l'un des thèmes de la campagne présidentielle"

Une élue PS de Côte d'Or, Françoise Tenenbaum, a proposé de faire appel aux vétérinaires pour les soins urgents, dans les zones rurales qui souffrent d'un vrai manque de médecins. Comment a-t-on pu en arriver là ?

 

Atlantico : Françoise Tenenbaum, vice-présidente PS du Conseil régional de Bourgogne, propose de faire appel aux vétérinaires, dans le cas de secours d’urgence, pour pallier au manque de médecins en zone rurale. Comment peut-on en arriver là ?

François Zocchetto : Cette proposition est de la provocation pure. Il n’est évidemment pas question que des vétérinaires puissent se substituer aux médecins. Il ne s’agit pas de mettre en cause les compétences des vétérinaires, aussi importantes que celles des médecins mais dans un domaine différent. Dans le département qui est le mien, en Mayenne, et bien que les vétérinaires aient une grande disponibilité, on ne peut imaginer qu’il puisse y avoir une substitution avec les médecins. C’est une interpellation sur un problème réel, à savoir l’absence de médecins dans les zones rurales.

Où en est la situation dans les zones rurales, qu’on peut qualifier de « déserts médicaux » ?

La première réponse est bien sûr au niveau national. On ne forme pas suffisamment de médecins depuis quelques années. Le numérus clausus a été resserré inutilement et par erreur. D’ailleurs la tendance s’inverse et un desserrement est de plus en plus annoncé. On envisage quasiment de former deux fois plus de médecins qu’il y a trois ou quatre ans. Diminuer le nombre de médecins était une grave erreur, répondant à une logique comptable erronée, alors que la population augmentait et vieillissait. Le numérus clausus doit être revu nettement à la hausse.

En outre on doit mettre en place une deuxième réforme au niveau national, qui est d’instaurer une contrainte géographique à l’installation des médecins. En effet les études de médecine sont payées par la collectivité à 100%, tout comme le système de sécurité sociale. Ce constat donne un droit irréfragable aux élus, locaux et surtout nationaux, et au gouvernement, d’établir une régulation. On doit accepter ce principe, il n’y a pas d’autre solution. Il existe pour les pharmacies depuis longtemps et personne n’y a jamais rien trouvé à redire. Les infirmières aussi ont fini par accepter la régulation géographique. Pourquoi pas les médecins ? Par régulation on entend que les médecins, dont la formation a été prise en charge par les fonds d’une collectivité, exercent, du moins pendant quelques années, dans la zone géographique de cette collectivité.

D’ailleurs, si on prend l’exemple de la Mayenne, une zone particulièrement rurale, les médecins ne veulent pas y venir, mais dès lors qu’ils y sont installés ils ne souhaitent plus repartir. Parce que leur cadre de vie est hors-pair par rapport à leurs collègues citadins (coût de l’immobilier, déplacements, inscriptions scolaires des enfants…), mais aussi parce qu’ils gagnent très bien leur vie. Je rappelle que le revenu moyen d’un médecin en 2010 était de 180 000 euros, en bénéfice net. Et dans les régions rurales il est souvent supérieur à ce chiffre. Certes, il sous-entend une grosse activité, mais personne ne gagne tant d’argent sans travailler !

Et au niveau local, que peut-on envisager pour améliorer cette situation ?

Les praticiens d’aujourd’hui ne veulent plus exercer seuls, comme dans la plupart des corps de métiers. Ils préfèrent travailler en groupe, pour pouvoir se remplacer, pour pouvoir prendre des congés, et aussi pour échanger sur des dossiers difficiles. En effet les patients sont de plus en plus exigeants, leur responsabilité médicale est de plus en plus souvent mise en cause… Cette position est donc logique. On doit organiser, sur les territoires ruraux, un réseau de maisons de santé regroupant plusieurs praticiens (médecins, infirmières, kinés…), travaillant ensemble avec un secrétariat groupé et un partage de dossiers. Ces maisons fonctionnent elles-mêmes en réseau avec des hôpitaux, des CHU. C’est une idée qui est en bonne voie.

Dans le domaine législatif, ces propositions font-elles leur chemin ?

Je fais partie de ceux qui vont, régulièrement depuis quelques années, déposer des amendements au parlement. A chaque fois nous avons été battus, parfois in extremis : je ne désespère pas que la régulation géographique soit mise en place.

La médecine est une profession libérale. L’acte de de soigner est libéral. Nul ne doit pouvoir dire à un médecin ce qu’il doit faire. Lui, en son âme et conscience, en fonction des circonstances et de son diagnostic, sait quelle décision prendre. C’est l’aspect libéral. Quant à l’organisation et au financement de la profession, le fonctionnement n’est pas du tout libéral, puisque c’est un système de sécurité sociale financé par la collectivité.

Le chantier reste ouvert, mais je pense qu’il va évoluer assez vite. Et les candidats à la présidentielle doivent être interpelés là-dessus. Ils vont intégrer des propositions dans leur programme, j’en suis certain.

Propos recueillis par Romain de Lacoste

Lire la suite

Droit de vote des étrangers : compte rendu de la discussion générale du jeudi 8 décembre 2011

15 Décembre 2011 , Rédigé par Permanence François Zocchetto

Extraits des interventions de François Zocchetto, lors de la discussion générale en présence du Premier Ministre :

 

"les propositions de loi se succèdent, celle-ci est à la fois idéologique et manipulatrice. Je respecte les convictions du rapporteur, mais personne n'est dupe : l'inscription à l'ordre du jour a des visées politiciennes, juste à l'ouverture de la campagne présidentielle. "

 

"La modification introduite contredit profondément notre conception de la citoyenneté. Un étranger résidant sur notre territoire, s'il veut s'intégrer pleinement, demande la nationalité française."

 

"Vous allez créer une citoyenneté à deux vitesses. Un étranger pourrait être conseiller municipal mais pas maire, président d'une communauté de communes mais pas conseiller général ?"

 

"Notre pays est prêt à accueillir de nouveaux nationaux et tous les jours des étrangers se font naturaliser. C'est une tradition bicentenaire. Alors les nouveaux Français deviennent électeurs et éligibles à toutes les élections. C'est un choix. Peut-être faut-il revoir les conditions d'accès à la nationalité, nous y sommes, pour notre part, prêts. (Applaudissements sur divers bancs à droite)

Si les étrangers ne sont pas prêts à franchir le pas, ce qui est parfaitement admissible, ils ne doivent pas bénéficier du droit de vote. Ce qui n'empêche pas de s'impliquer dans la vie sociale et associative."

 

retrouvez l'ensemble de la discussion général sur le vote des étrangers depuis le site du sénat (cliquez sur le logo pour y accéder directement) logo-senat.jpg

 

Lire la suite

Explications de vote : Projet de Loi de Finances 2012

14 Décembre 2011 , Rédigé par Permanence François Zocchetto

Retour sur les explications de vote des sénateurs en séance sur le projet de Loi de Finances pour 2012.

 cliquez sur l'image pour consulter la vidéo :

François Zocchetto, Président du groupe Union Centriste et Républicaine, à propos du texte proposé par la majorité PS / Verts du Sénat : "Le constat est clair : nous nous sommes livrés à un pur excercice de science-fiction. Les sénateurs du groupe Union Centriste et Républicaine ne cautionneront pas une parodie d'aussi mauvais goût. Nous ne voterons pas le texte proposé ce soir." 

PLF-video-FZ-.jpg

Lire la suite

Vote du projet de loi de Finances pour 2012 : « Nous ne pouvons cautionner une parodie d’aussi mauvais goût : nous sommes en plein dans un exercice de science-fiction ! »

7 Décembre 2011 , Rédigé par Permanence François Zocchetto

Lors du vote du projet de loi de Finances pour 2012, François Zocchetto, sénateur de la Mayenne et président du groupe de l’Union Centriste et Républicaine a dénoncé le « détricotage » du budget réalisé par la nouvelle majorité sénatoriale.

 Pour le sénateur de la Mayenne, « Certes le budget que nous allons voter est exceptionnellement excédentaire ! 137 milliards d’euros alors que nous partions avec un déficit prévisionnel de 81,8 milliards c’est une prouesse. Mais à quel prix ? ! » Le chef de file des sénateurs centristes rappelle aussitôt dans quelles conditions ont été faites ses économies sur les politiques publiques : « Sur 32 missions, seules 10 ont été adoptées.»

 Conséquence de ce détricotage selon François Zocchetto : « Si nous devions voter ce texte, l’essentiel des fonctionnaires ne serait pas payé en 2012, nous ne paierions ni les juges puisque les crédits de la mission justice ont été rejetés, ni les policiers. Nous sommes en plein dans un exercice de science fiction qu’aucune agence de notation n’aurait pu imaginer ! Ce n’est pas un budget de rigueur ou de responsabilité que nous avons là, c’est un fantasme néolibéral de disparition de l’Etat. »

 François Zocchetto regrette que le Sénat devienne le lieu d’une mascarade généralisée et contraire à l’esprit qui préside au bon fonctionnement de nos institutions et de la République.

 Le Sénat ne doit pas être l’otage d’une campagne présidentielle. Or, la nouvelle majorité sénatoriale aura voté en faveur d’un texte vide de toute substance mais plein d’arrières pensées politiques. François Zocchetto a lancé un appel à la responsabilité de chacun : « Le Sénat se prive de sa participation au débat national pour s’embourber dans des querelles partisanes et électorales. De nos trois semaines de débats, il ne restera rien. Nous avons raté l’occasion de pouvoir apporter notre contribution à la conception des politiques publiques qui seront menées en 2012 au moment même ou la zone euro est en crise. »

 Pour toutes ces raisons, les sénateurs du groupe de l’Union Centriste et Républicaine ont décidé de ne pas cautionner une parodie d’aussi mauvais goût. Ils ne voteront donc pas en faveur d’un tel texte.

 

 

 

Lire la suite

François Zocchetto revient sur le discours du Président de la République sur Public Sénat.

7 Décembre 2011 , Rédigé par Permanence François Zocchetto

linkpublic-senat-discours-de-Toulon.jpg

Cliquez sur l'image pour consulter la vidéo -  minute : 5 

 

François Zocchetto : "Quels sont les moyens ? Quel est le calendrier ? Sur la base des années qui viennent de s'écouler, il nous est permis d'avoir quelques doutes . Car nous faisons partie de ceux qui disent pourquoi beaucoup de choses n'ont pas été faites plus tôt." 

 

 

 

 

 

Lire la suite

Le magazine Sénat Info de France 3 consacre un reportage au groupe de l'Union centriste et républicaine

7 Décembre 2011 , Rédigé par Permanence François Zocchetto

 

France3.jpg

cliquez sur l'image pour consulter la vidéo 

Lire la suite

Réactions au report des Etats Généraux

7 Décembre 2011 , Rédigé par Permanence François Zocchetto

Les groupes UMP, UCR et Soc réagissent au report des Etats Généraux de la Démocratie territoriale.

public-senat-etat-generaux.jpg

Cliquez sur l'image pour consulter la vidéo

 

 

Lire la suite

Classement des campings et mise aux normes : François Zocchetto demande au gouvernement de prendre en compte la spécificité des campings des départements ruraux.

7 Décembre 2011 , Rédigé par Permanence François Zocchetto

Plusieurs campings mayennais sont concernés par cette réglementation


François Zocchetto, Sénateur de la Mayenne et Président du groupe « Union Centriste et Républicaine » au Sénat, a interpellé, par une question écrite, Frédéric Lefebvre, Secrétaire d’Etat au Tourisme, quant aux nouveaux critères de classement des campings.

L’arrêté du 6 juillet 2010 oblige les collectivités à commander un audit afin de proposer au préfet un nouveau classement des campings.

 Pour François Zocchetto : « S'il est important que les consommateurs puissent disposer d'un référentiel pertinent, une telle obligation n'est pas sans poser des difficultés importantes pour les territoires ruraux. Outre l'aspect financier de la démarche, les nouvelles normes imposent un niveau d'équipements, sanitaires notamment, totalement en décalage avec les réalités de l'hôtellerie de plein air en milieu rural. En effet, à titre d'exemple, un nombre minimum de dix toilettes et dix douches est nécessaire jusqu'à 100 emplacements et ce, même si le camping ne comporte que 30, 40 ou 60 emplacements, ce qui est le cas de pratiquement tous les campings des départements ruraux. À défaut de mise en conformité avec l'arrêté, les campings se verront « rétrograder » dans le classement, ce qui serait hautement préjudiciable pour l'image du tourisme local. Je souhaite donc que des mesures soient prises afin de différencier les normes de classement de l'hôtellerie de plein air en fonction de la géolocalisation des campings ».

Lire la suite

Changement d’horaires : « la SNCF doit revenir sur sa décision de suppressions de dessertes »

1 Décembre 2011 , Rédigé par Permanence François Zocchetto

 

La réorganisation des horaires de la SCNF, qui sera mise en place le 11 décembre prochain, impacte directement l’attractivité de l’Agglomération de Laval. Les parlementaires mayennais rencontreront demain, le directeur général de la SNCF, afin de résoudre les trois « points noirs » des changements d’horaires pour Laval :

-          La suppression du premier train de la journée, au départ de Laval vers Paris à 6 h 35

-          La suppression du dernier train de la journée, au départ de Paris vers Laval à 20 h 04

-          Le manque de desserte entre Laval et Rennes en matinée

Pour François Zocchetto, Sénateur de la Mayenne et Président du groupe Union Centriste et Républicaine : «  Alors que de lourds investissements sont engagés par RFF, la SNCF, et les collectivités pour accueillir la ligne LGV afin de développer la liaison entre Paris et la Bretagne en réduisant sensiblement le temps des trajets (Paris-Laval en 1 h 10), ces changements d’horaires  vont à l’encontre des améliorations attendues. Les suppressions des horaires du premier et dernier train reliant Laval à Paris, et celle du train de 8 h16 vers Rennes, pénalisent fortement l’attractivité économique et universitaire de Laval. Le TGV a permis de réduire considérablement les temps de trajets. Aujourd’hui de nombreux lavallois mais également des rennais, manceaux et parisiens utilisent quotidiennement le TGV dans un cadre professionnel. Par ces changements d’horaires, la SNCF va à l’encontre de l’amélioration de l’accessibilité et de l’attractivité de notre département. Elle doit, donc, revenir sur ces changements d’horaires et rétablir des liaisons en début et en fin de journées».

Lire la suite

Droit de vote des étrangers aux élections municipales : « Je suis profondément hostile à ce texte, tant sur la forme que sur le fond. »

1 Décembre 2011 , Rédigé par Permanence François Zocchetto

François Zocchetto, sénateur de la Mayenne, Président du groupe de l’Union Centriste et Républicaine, votera contre la proposition de loi relative au droit de vote et d’éligibilité aux élections municipales des étrangers non ressortissants de l’Union européenne : « Je suis profondément hostile à ce texte, tant sur la forme que sur le fond. »

 

Sur la forme, le Président Zocchetto s’étonne que ce texte, adopté par l’Assemblée nationale sous le gouvernement Jospin, soit, à quelques mois de la présidentielle, opportunément ressorti à la demande du groupe Socialiste – EELV : « J’ose espérer que, à l’approche d’échéances nationales, les thèmes de campagne de la gauche ne vont pas devenir prétextes à une multitude de propositions de loi qui devront être examinées par la Haute Assemblée. Le Sénat ne doit pas devenir un outil de campagne. »

 

Sur le fond, le sénateur de la Mayenne n’est pas convaincu de l’opportunité d’ouvrir le droit de vote aux élections locales pour les étrangers non ressortissants de l’UE : « Le droit de vote est un attribut de la nationalité et il doit le rester. On devrait plutôt réfléchir à l’amélioration des démarches administratives permettant l’acquisition de la nationalité française. Nous devons nous garder de créer un droit de vote à géométrie variable. Pour être égaux devant le droit de vote, il faut être égaux en nationalité.»

Lire la suite